U Capu Tafunatu

     Au temps où Saint-Martin gardait les troupeaux dans les prairies du Niolo, il reçut la visite d'un étranger qui lui demanda d'entrer à son service. Ce dernier semblait nécessiteux et le saint l'engagea. Dès la première nuit où il partagea sa hutte avec son domestique, il s'aperçut que celui-ci dégageait en dormant, une forte odeur de soufre. Saint-Martin comprit qu'il s'agissait du diable.

   Le lendemain matin, Saint-Martin dit au pâtre qu'il avait deviné sa véritable identité et qu'il ne pouvait le garder à son service. Le diable entra dans une violente colère. Il s'en alla donc, décidé à rester dans les environs et à faire à Saint-Martin une redoutable concurrence.

   Il savait que les bergers du Niolu souhaitaient qu'un pont fût établi au-dessus du Golo pour mener plus facilement leurs troupeaux à l'estive.

Satan vint voir Gioberga, chef d'un village et lui proposa le marché suivant: il s'engageait à construire le pont si lui, Gioberga, acceptait de lui livrer la première âme qui le franchirait. L'ambitieux Gioberga donna son accord mais le pont devait être complètement achevé en une nuit, c'est à dire, avant le chant du coq.

   La nuit venue, Satan se mit au travail. Toute la nuit on entendit un vacarme épouvantable, le pont était presque achevé tant les milliers de démons appelés par Satan à son aide avaient mis d'ardeur à leur ouvrage.

   Cependant, la propre fille de Gioberga, craignant pour le salut de son père, partit prévenir Saint-Martin qui n'était pas à cours d'idées en la matière.

   Au milieu de ces ténèbres enfiévrées par le tumulte infernal, un homme marchait calme et paisible, il contempla le travail réalisé. Une seule pierre restait à poser. La clé de voûte du Pont.

Alors l'homme (Saint-Martin lui-même) sortit de dessous son manteau un coq. La lumière de la forge infernale fit croire au coq que le jour était là et ce dernier se mit à chanter. Un cri de rage partit des rangs des travailleurs de l'enfer. De fureur, le Malin pris au piège jeta en l'air son marteau avec tant de violence qu'il perça de part en part le pic de la montagne. Et c'est ainsi que fut creusé le Capu Tafunatu (le trou du Diable).

 

8 votes. Moyenne 4.13 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site